retour

Rodin

de Jacques Doillon

Rodin (Vincent Lindon) a quarante ans. Reconnu comme sculpteur de talent, le gouvernement français lui passe commande de la Porte de l'Enfer. Rose (Séverine Caneele) est sa compagne de toujours, Camille Claudel (Izïa Higelin), avec laquelle il vivra dix ans de passion, est la plus douée de ses élèves.

Comme à son habitude, Jacques Doillon réalise une mise en scène parfaite, précise, permettant l’esthétisme nécessaire à ce cinéma inspiré. Dès le début, le réalisateur affiche clairement son objectif. Même s’il s’appuie sur des éléments biographiques importants, il ne souhaite ni plonger dans le biopic très à la mode, ni sombrer dans les clichés empreints d’un sentimental pathos incongru avec de tels personnages. Il vise plus haut. Chacune de ses séquences nous prouve sa maîtrise de la douce et sublime lumière presque clair-obscur qui irradie une image à la savante composition. Doillon filme Rodin à la tâche, en guerre avec la matière, avec lui-même. Une véritable leçon de modelage, ou de sculpture, l’un n’allant pas sans l’autre. On y mesure l’importance du geste et du regard, la vérité du geste, l’intensité du regard, la nécessité de la trituration intellectuelle préparant la matérialisation de l’idée. C’est dans une inquiétude permanente et l’intolérance au regard de l’autre que l’artiste, par un travail acharné, parvient à accoucher d’une œuvre nouvelle, véhiculant de vivifiants concepts novateurs. Cette maïeutique perfectionniste issue d’une laborieuse obstination ne peut que nous rappeler le formidable film de H.G Clouzot, Le mystère Picasso. On y retrouve aussi une autre facette de l’artiste, sa fragilité maladive à la critique, sa sensibilité exacerbée, le besoin inassouvi de reconnaissance de ses pairs et sa perpétuelle insatisfaction. Certaines séquences ne seront pas sans évoquer l’Amadeus de Milos Forman, d’autres le Birdman d’A.G. Inárritu. Chaque plan insiste sur l'effort, accentue le doute, monte le labeur en exergue. Pour Rodin, et sûrement pour Doillon qui en a fait un fil rouge tout au long de ses divers films, le talent naît du travail, le talent n’est que du travail. En atrabilaire maugréant, Rodin traverse son univers à la poursuite de l’idée et pour ce faire, il pétrit, malaxe, cisèle, corrige un front ou un nez comme si sa vie en dépendait.

Mais Rodin, c’est aussi son rapport aux autres. Il savoure les artistes qui reconnaissent son talent, il aime à fréquenter Gustave Mirbeau, le seul critique à ne pas l’éreinter, alors qu’il ne supporte pas les jugements des plumitifs auquel il ne sait que répondre. Jouisseur, il est émoustillé par l’admiration que lui vouent ses modèles féminins, ou ses élèves, et ne s’en prive guère tout en restant, dans son infidélité, fidèle à la seule femme qu’il gardera à ses côtés toute sa vie. Evidemment, avec Camille Claudel, les rapports seront plus complexes car il a trouvé en elle une égale, une rivale, une créatrice émérite. Entre eux, ce ne peut être qu’une lutte continue entre amour et haine, entre admiration et jalousie, entre envie et mépris. Chacun sait que Camille Claudel ne sortira pas indemne de ce conflit passionné.

Si le réalisateur a réussi à sublimer l’espace et le temps en le remplissant de personnages captivants, c’est aussi grâce aux qualités dramatiques des acteurs qu’il y est parvenu.

Séverine Caneele interprète une excellente Rose, pleine de bon sens campagnard, d’obéissance amoureuse et admirative, chez qui la tendresse et les souvenirs d’enfance permettront l’osmose chère au réalisateur. Izïa Higelin excellera à incarner une Camille égale de son maître, complice mais indépendante qui refuse de se laisser posséder, rivale dans leur amour de l’art. Souverain, Vincent Lindon s’est formé à la sculpture, au modelage car, pour lui, il eut été impensable de faire semblant, de jouer. Il lui fallait la vérité du geste, la virtuosité des doigts, la précision de la main, l’acuité du regard. Tous ces talents ont été regroupés pour une parfaite réussite.

Un très beau film sur l’art et ses géants.

Michel Tellier

pages créées et hébergées par AMD Communication